Pourquoi il est indispensable de préserver les arbres matures surtout dans les environnements urbains denses ?

Les services écosystémiques rendus par un arbre (filtration de l’air des particules fines, évapotranspiration abaissant les températures extrêmes etc…) sont proportionnels à sa surface foliaire, laquelle varie en effet au cube de sa taille. Un arbre mature moyen à Paris (50-60 ans d’âge), exactement comme l’étaient les platanes du quai d’Ivry, atteint généralement 21 mètres de haut. Un baliveau, autrement dit un jeune arbre récemment planté, ne fait guère que 6 mètres tout au plus. L’arbre mature rend donc (21/6)^3 = environ 43 fois plus de services bénéfiques autour de lui que le jeune baliveau. Autrement dit, l’argument souvent répété par la ville de Paris sous la forme « ne vous en faites pas, on va en replanter »… ne tient guère la route, s’il faut entre temps attendre un demi siècle, surtout en cette époque d’instabilité climatique. Il ne faut pas remiser à cinquante ans ce que nous pouvons faire aujourd’hui. C’est maintenant qu’il faut agir et préserver ce patrimoine arboré. La protection des arbres urbains matures me semble, par conséquent, être une nécessité absolue.

L’image contient peut-être : texte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s